17.5.05

Les logiciels libres séduisent les PVD



Les Logiciels Libres ont d'abord remporté une bataille de taille au Brésil, selon le magazine L'Expansion du 13 Mai 2005.
Le gouvernement brésilien a lancé jeudi soir un plan de subventions pour l'achat de PC à bas prix, baptisé "PC Conectado".

Face à Microsoft et son Windows XP Starter (version low cost de Windows XP mais aux fonctionnalités très allégées), les logiciels libres ont conquis l'opinion des gouvernants qui ont définitivement écarté de la compétition l'OS de Microsoft, même en version Starter.

L'OS libre retenu n'est pas encore connu.

Deuxième victoire de taille: l'Etat Cubain va remplacer les OS Microsoft présents sur ses postes par une distribution Linux.

C'est ce qu'indique Roberto del Puerto, directeur de l'Agence pour l'Informatisation de la société au journal Juventud Rebelde (selon le Nouvel Observateur du 17 Mai 2005).

A noter que la méthode retenue pour la migration est typiquement cubaine: elle passera par la mise en place d'un groupe nationalisé chargé du contrôle de l'installation.
Pas beaucoup de place pour la libre concurrence par là-bas...


3 commentaires:

Smellyfish a dit…

Heps,

ca fait longtemps :)

J'me posais une question p/r aux logiciels libres... A qui appartient le droit d'auteur?

Il doit bien appartenir a quelqu'un non?

++ =)

Smellyfish a dit…

Jeff, je prie pour que tu aies ce message à temps (j'ai examen demain midi).
Y a t il une différence entre logiciels libres et "open source" ?

A ce que j'ai pu en comprendre, les deux donnent à disposition leur code source... Ou pas?

D'autres différences signifiantes?

romain boucq a dit…

Bonjour Smellyfish

Le droit d'auteur des logiciels libres appartient à l'auteur du logiciel libre... En fait, par le biais de la GPL, il fait un contrat de concession sous condition suspensive au profit de l'utilisateur.

Cela signifie, à mon sens, qu'il y a une "exception" à l'infraction en matière de contrefaçon. Dès lors, l'auteur d'un logiciel libre ne peut pas poursuivre un individu pour contrefaçon s'il respecte le conditions de la GPL.

En revanche, l'utilisateur qui restreindrait l'usage "public" d'un logiciel sous GPL pour en faire une utilisation privative deviendrait de facto un contrefacteur. Par exemple, si après en avoir modifié le code source, il se mettait à le vendre sans donner accès aux codes sources en cas de demande de la part de ses utilisateurs... N'oublions pas que pour céder quelque chose, il faut d'abord le posséder. De ce fait, il est évident que l'auteur d'un logiciel sous GNU GPL conserve l'intégralité de ses droits tout au long de son existence.

Voir les n° 52 - 54 de mon mémoire sur ce point :

http://www.web-consulting.fr/GNU-GPL/

Sinon, pour les logiciels "Open source", il faut voir les licences ;-) Il n'y a pas de catégorie déterminée en soi...